Journaux isolés #1

jeudi 26 mars 2020

Ça va aller.
chaise seule sur fond vide et blanc
J'ai décidé de réveiller ce blog, en me laissant plus de liberté et de flexibilité. Les « Journaux isolés » sont une série qui va peut-être vivre, ou peut-être pas, dans laquelle je partagerai des pensées liées à la situation actuelle. (Oui, je veux parler de ce satané virus qui paralyse nos vies.) Je les relirai et les réviserai le moins possible avant publication, alors sois indulgeant·e.

23 mars 2020, 23h28.
J’ai un sentiment, j’ai envie d’écrire, mais je ne sais pas quoi.
Je ressens une espèce de calme, de sérénité, au milieu du cyclone de nos vies.
Le Coronavirus nous enferme, nous isole, et nous tue.
Mais aujourd’hui, j’ai fait du yoga, j’ai médité, j’ai chanté, et même joué du ukulélé.
Parce qu’il faut chérir ce que l’on a encore.
Je crois qu’il m’est venu l’envie d’écrire car mon état est instable, fragile, et je veux capturer ce que je ressens maintenant.

Hier soir je me sentais seule, amputée, isolée.
Ce soir je me sens chanceuse et en sécurité.

Et je crois que cette fluctuation, c’est ma vie, Corona ou pas Corona.
Je me sens seule et isolée, souvent, parce que je ne suis pas douée en gens. Mais en fait, je m’en sors quand même, j’ai des amis, je suis entourée.
Ces temps, la vie est différente, le monde est différent… mais après tout, il y aura toujours les jours avec, et les jours sans. Et presque jusqu’à la fin, il y aura toujours demain.
***
Ironiquement, je n’ai jamais été autant en contact avec les autres que dans cet isolement. J’ai moins peur de répondre aux stories, de poster des stories, d’aller vers les gens, virtuellement.
On partage pour ne pas cesser d’exister. Parce que c’est pas si mal d’exister, même avec les jours avec, et les jours sans.
Et puis, ce qui se passe, c’est qu’on ne sait pas quand on se reverra, alors on se dit, autant se parler, se voir, maintenant, tout le temps, n’importe quand, au cas où ce serait la dernière fois, pour qu’il y ait plus de fois avant la dernière.
***
Bref : signal de mon corps, de mon cœur, à mon cerveau, ce soir : « Ça va aller. » Ou alors, on verra bien.
« Things will be okay in the end. If it’s not okay, it’s not the end. » John Lennon
(Je t’offre cette citation niaise et peut-être même pas à moitié vraie, parce que des fois ça fait du bien de l’entendre ou de le lire quand même.)

Salutations à distance de sécurité,
Emilie


Ces temps, j'aime bien :

Les compilations lofi hip-hop / jazzhop / chillhop de la chaîne Feardog. (et les musiques de pleins d'artistes sur soundcloud, peut-être qu'un jour je te partage une playlist !)
Rain.today et Rainy Mood pour écouter des bruits de pluie en travaillant.

crédit image titre : Paula Schmidt (pexels)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire