Entre romans de Jane Austen et films et séries d'époque

mardi 19 février 2019

Retour sur pourquoi j'aime lire — ou voir — Austen, et sur quelques oeuvres s'approchant ou s'inspirant de ses romans.
silhouette d'une femme dans le vent sur le sommet d'une colline

Récemment, j'ai traversé une « phase » durant laquelle je ne regardais quasiment que des films ou des séries qui se passaient dans l'Angleterre d'entre la fin du XVIIIe et le début du XXe siècle : j'ai donc revu Pride and Prejudice (Joe Wright, 2005), vu Sense and Sensibility (Ang Lee, 1995), Far from the Madding Crowd (Thomas Vinterberg, 2015), et Titanic (James Cameron, 1997) (non, je n'avais jamais vu Titanic), et regardé l'entièreté de la première saison de The Paradise (BBC, 2012-2013). Comme plusieurs de ces oeuvres rappellent les romans d'Austen ou en sont carrément des adaptations, cela m'a rappelé que j'aimais beaucoup les deux livres de Jane Austen que j'avais lus, Sense and Sensibility et Pride and Prejudice — avec une préférence pour ce dernier, qui n'est peut-être pas son oeuvre la plus connue pour rien. Lorsque j'ai vu que la liste de romans « majeurs » de cette auteure sur Wikipédia ne contenait que six volumes, j'ai donc pris la décision de me mettre à lire maintenant tous ceux que je n'avais pas encore lu, dans leur ordre de publication. Pour le moment, j'ai donc lu Mansfield Park, et je suis en train de lire Emma. C'est donc ces activités récentes qui m'ont inspiré cet article sur les raisons pour lesquelles j'aime lire Jane Austen, voir des adaptations de ses romans à l'écran, ou des oeuvres se passant dans un univers similaire.

Un monde particulier

Le contexte des livres d'Austen, c'est celui de familles de classe supérieure, mais pas extrêmement riches ou importantes. Ce n'est pas comme entendre des histoires de familles royales, ou, à l'opposé, des histoires de gens dans la misère : il s'agit d'un entre-deux intéressant. Les personnages sont suffisamment riches pour avoir du personnel de maison et ne pas faire grand chose de leur vie, mais pas assez riches pour que l'argent n'ait pas d'importance — en fait, l'argent, les rentes et les dots, ont beaucoup d'importance. C'est aussi un monde avec des principes et des conventions amusantes, et des événements sociaux comme les bals (avec des danses intéressantes si vous les voyez à l'écran), où les histoires de rang et de classe prennent toute leur importance. Et c'est parce que ce mode de vie est si différent de ce que je connais et ai l'habitude de voir qu'il m'amuse et m'intéresse particulièrement.

Des personnages et des enjeux subtils

Ce deuxième point n'est pas complètement indépendant du « monde » des livres d'Austen : dans ces romans, les enjeux de l'histoire, les personnages qui la vivent, et les relations qui lient ces personnages entre eux ont un aspect particulier. Il n'y a pas d'enjeux de vie ou de mort comme dans beaucoup d'histoires, et tout ne se joue pas non plus dans des histoires d'amour : les dangers sont le déshonneur, la tromperie, les mauvaises décisions. Il y a des histoires d'argent, et il y a le débat de se marier pour l'amour ou pour le confort. Il y a des histoires de mépris et de principes, des gens qui en regardent d'autres de haut parce qu'ils ont eu moins de privilèges qu'eux, et des gens qui sont aveuglés par leur vanité ou trompés par leur orgueil. Ce sont ces enjeux subtils qui font que j'aime beaucoup voir ces histoires se développer, même si l'intrigue n'est pas haletante. Les relations entre les personnages sont elles aussi subtiles : Austen observe avec soin et sensibilité la manière dont différents tempéraments peuvent interagir, la manière dont différentes personnes se comportent en société. Ses romans sont peut-être un peu moralistes dans la manière dont ils jugent les personnages, mais j'aime beaucoup la finesse avec laquelle certains de ces personnages sont construits, même si d'autres peuvent paraître caricaturaux.

Une écriture en finesse et en sous-entendus

En plus du contenu des histoire d'Austen, j'aime bien la lire pour ses mots et ses formulations — après tout, je suis quand même étudiante en littérature anglaise. Il faut parfois lire plus d'une fois les phrases compliquées des romans d'Austen pour les comprendre, mais j'aime bien aussi cette manière d'écrire avec beaucoup de nuance et de sous-entendus. C'est notamment le cas dans les dialogues entre les personnages, qui ont (pour certains) cette manière « distinguée » et indirecte de parler qui, même si elle peut paraître ridicule et guindée, me plaît beaucoup.

Mes coups de coeur « austeniens »

La mini-série Pride and Prejudice de la BBC

Les deux acteurs principaux de la série en costumes d'époque
crédit image : BBC
Je recommande cette série plutôt que le film, parce qu'il est bien aussi, mais plus (re)connu. Je vais le dire tout de suite : il ne faut pas s'attendre à quelque chose d'époustouflant avec cette série, et elle n'a pas le côté très « esthétique » du film de Joe Wright et des séries actuelles. On sent en la voyant qu'il s'agit d'une série des années 90 qui n'a pas pour but d'avoir l'air prestigieuse, pourtant, je me suis fait happer par cette représentation du roman d'Austen que j'avais regardé en une seule journée il y a quelques temps, et je trouve qu'elle vaut quand même le détour. C'est sympathique à regarder et assez captivant, et il y a aussi Colin Firth jeune (ci-dessus avec l'air sérieux), ce qui peut être un argument. Cette série est aussi plutôt fidèle au livre, ce qui pourrait plaire à celles et ceux qui l'auraient lu et qui auraient tendance à être un peu « puristes » avec les adaptations.

Downton Abbey

Des personnages de la série semblant regarder un spectacle ou assister à un mariage
crédit image : Nick Briggs
C'est vrai que la série se passe un peu plus tard que la période à laquelle Austen écrivait — un siècle, trois fois rien — mais je trouve que le contexte, l'ambiance, et les personnages peuvent rappeler les romans d'Austen. Parmi les différences importantes avec le monde d'Austen, il y a le rôle d'un monde changeant et de plus en plus moderne, qui va de pair avec un déclin de l’aristocratie. Je dirais aussi que les intrigues ont tendance à être un peu plus mélodramatiques que dans les livres d'Austen. Et l'une des grandes particularités de cette série est l'importance accordée au personnel de maison de la famille Crawley et à leurs vies, ce que je trouve très intéressant, et qui est assez différent des livres d'Austen dans lesquels le personnel de maison n'a qu'une importance ponctuelle ou anecdotique. Dans tous les cas, c'est une série qui vaut le détour et que je tenais à mentionner, et qui rappelle l'ambiance d'Austen par le milieu dans lequel elle se déroule. D'ailleurs, je l'aime tellement que je n'ai toujours pas eu le courage de regarder la fin, parce que je n'ai pas envie qu'elle finisse...


Voilà, c'est tout — pour le moment — à propos des romans d'Austen et de leur univers, et de ces séries que je voulais recommander. Il y a encore beaucoup d'autres films et de séries qui peuvent s'apparenter à Austen en plus de ces deux-là et des oeuvres que j'ai évoquées en introduction, alors si tu as un coup de cœur dont je n'ai pas parlé, n'hésite pas à me le recommander en commentaire !

Question du jour : Est-ce que les films d'époque, c'est ton truc ? Est-ce que tu as lu des livres d'Austen ? Si oui, tu as aimé ?

Salutation avec révérence,
Emilie


crédit image titre : Pride and Prejudice (2005), Focus Features

2 commentaires:

  1. Coucou,
    J'adore cette auteure, tout comme les sœurs Brontë. J'ai adoré la mini série d'orgueil et préjugés. Bientôt je vais commencer à lire Mansfield Park.
    Un article très sympa, continue.
    Bisou à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou !
      Je ne connais pas les sœurs Brontë mais je compte lire leur livres aussi, peut-être que je commencerai cet été !
      Merci du commentaire ! :)

      Supprimer